Vous avez une démangeaison d’un bouton de lèvre génitale ? Les causes peuvent être nombreuses, mais elles ne sont généralement pas graves. Néanmoins, si vous pensez souffrir de l’une des affections mentionnées ci-après, il vous est recommandé de consulter un spécialiste afin de recevoir le traitement adapté dans les meilleurs délais.

Pour ce faire, vous pouvez solliciter un médecin de premier recours, un gynécologue, une infirmière praticienne, un assistant médical, un urologue ou encore un dermatologue.

Lichen scléreux, cause probable de la démangeaison d’un bouton de lèvre génitale

Le lichen scléreux est une maladie dermatologique qui peut à l’origine d’une démangeaison d’un bouton de lèvre génitale. Il affecte principalement les femmes post-ménopausées. Toutefois, environ 7 à 14 % des cas surviennent chez les jeunes filles qui n’ont pas encore eu leurs règles.

Lorsque les lésions cutanées apparaissent pour la première fois, elles sont petites, brillantes, blanches et lisses. Elles s’agrandissent avec le temps, provoquant des fissures et des abrasions sur la peau. Au final, elles finissent par amincir la peau, la laissant plissée, blanche et l’exposant à des risques de se déchirer.

Les démangeaisons sont dans certains cas très intenses, les fissures ainsi provoquées peuvent augmenter les possibilités d’infection. Des cicatrices qui gênent la miction ou les rapports sexuels peuvent même se présenter. Cette affection est usuellement traitée avec des crèmes ou des pommades corticostéroïdes très puissantes qui apaisent les symptômes et empêchent l’aggravation de la maladie.

Herpès génital

L’herpès génital est une maladie sexuellement transmissible causée par deux types de virus : l’herpès simplex de type 1 et l’herpès simplex de type 2. Vous pouvez la contracter en ayant des relations sexuelles vaginales, anales ou orales avec une personne malade.

La démangeaison d’un bouton de lèvre génitale apparaît le plus souvent sous la forme d’une ou plusieurs cloques sur ou autour des organes génitaux, ainsi que sur le rectum ou la bouche. Les boutons explosent et laissent des plaies douloureuses qui peuvent mettre des semaines à guérir.

Vous pouvez également présenter des symptômes semblables à ceux de la grippe, notamment la fièvre, les douleurs corporelles ou le gonflement des glandes. Bien qu’il n’y ait pas de remède, il existe des médicaments antiviraux qui réduisent le nombre de poussées et aident à guérir plus rapidement.

Dermatite de contact

La dermatite de contact est la troisième source connue d’une démangeaison d’un bouton de lèvre génitale. Elle est caractérisée par une éruption cutanée rouge et prurigineuse provoquée par un contact direct avec une substance ou une réaction allergique.

De nombreux produits peuvent être à l’origine de ces réactions : les cosmétiques, les savons, les parfums, les bijoux ou les plantes. En règle générale, l’éruption est localisée sur le vagin et elle se développe dans les minutes ou les heures qui suivent l’exposition.

Les symptômes comprennent des bosses et des cloques parfois accompagnées de suintement, une peau sèche, écailleuse et craquelée, une sensibilité, une brûlure ou un gonflement ainsi que des démangeaisons. Le médecin prescrit normalement une crème ou un onguent stéroïdien topique ou des corticostéroïdes oraux pour les soulager.

Verrues génitales

Les verrues génitales sont causées par le virus du papillome humain ou VPH, qui est l’un des types d’infections sexuellement transmissibles les plus courants. Elles se manifestent par des protubérances en forme de chou-fleur dans la zone génitale. Celles-ci peuvent être petites et de couleur chair ou grise. Elles génèrent la plupart du temps des démangeaisons ou une gêne. Il arrive même que des saignements se produisent au cours d’un rapport sexuel.

Les verrues peuvent être si petites et si plates que vous ne pouvez pas les voir. Pourtant, elles se multiplient en gros groupes. Les traitements incluent des crèmes et des pommades que vous pouvez appliquer à domicile ou encore des interventions chirurgicales. Il existe un vaccin qui protège les femmes contre l’infection par neuf types de VPH, y compris ceux qui engendrent ces verrues. Il est préférable de le faire à l’adolescence.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here